Équilibre

De nombreuses personnes viennent au yoga pour retrouver leur équilibre physique, corporel (maux de dos, fatigue, épuisement etc), ou psychologique (stress, dépression, anxiété, burnout). Mais avons-nous conscience à quel point l’équilibre est un élément essentiel de notre vie, et ce à tous les niveaux de notre être?

Au niveau physiologique et physique

L’équilibre intérieur (homéostasie) permet la régénération cellulaire et le fonctionnement optimal des cellules et organes, principalement grâce au système hormonal et au système nerveux autonome (sympathique et parasympathique).

L’équilibre physique, qui fait intervenir différentes composantes souples et rigides du corps (squelette, muscles, fascia…), permet à la fois flexibilité et stabilité, grâce au jeu global des forces de tension et de compression qui s’y exercent (concept de tenségrité).

En mécanique, l’équilibre des forces est réalisé lorsque toute action est contrebalancée par une/des forces de réaction. De fait, on ne s’enfonce pas dans le sol car notre poids (gravité) est contrebalancé par la réaction du sol. Ainsi, l’aplomb, alignement vertical optimal du corps, permet de minimiser le travail des muscles, au repos ou en mouvement. Le tonus musculaire (tension permanente corporelle) qui a une fonction à la fois antigravitaire et d’auto-grandissement maintient l’équilibre et la cohésion des différentes parties du corps.

Au niveau mental et psychologique

La santé mentale correspond à la capacité à affronter les conflits et frustrations liés à la vie sociale ou la vie intérieure. C’est la capacité à s’adapter suite à des événements déstabilisants, à revenir à un état mental stable après des phases euphoriques ou dépressives.

L’équilibre psychologique nécessite de développer une meilleure connaissance de soi, accepter qui on est, observer ses peurs et attachements, ses croyances et valeurs personnelles…

Trouver la cohérence dans son chemin de vie pour permettre l’épanouissement de l’être.

Yoga et énergie

Les postures d’équilibre renforcent le corps et l’intégration structurale, améliorent la stabilité mentale et la concentration, tout en apportant légèreté et confiance en soi. L’équilibre permet d’harmoniser les différents systèmes du corps pour favoriser la circulation du prana, l’énergie vitale, pour stimuler l’expression de la Vie. Mais intention et discernement sont essentiels pour choisir une pratique de yoga appropriée, pour relâcher, étirer, stabiliser et/ou tonifier selon les besoins du corps et du mental (entre asanas stimulantes comme les extensions arrière, ou relaxantes comme les flexions avant, rythme ou durée des poses, choix de respirations, selon les chakras à harmoniser…).

« Sthiram sukham asanam » (Patanjali 2.46) : aisance et stabilité sont nécessaires dans toute posture. L’équilibre n’est pas rigidité mais souplesse, adaptation constante à ce qui est là.

Faire-être, action-réceptivité, extérieur-intérieur, concentration-relaxation, effort-aisance, masculin-féminin, ouverture-fermeture, audace-respect, force-douceur, alignement-espace, fluidité-stabilité, dualité-nondualité, tout est là. Dans la conscience et la présence.

Ayurveda

« Sattva, rajas et tamas, les qualités nées de la Nature lient l’âme immortelle dans le corps. »  Bhagavad Gita XIV, 5

Selon l’Ayurveda, la Nature Primale qui comprend toute la création, se manifeste selon trois qualités: tamas, rajas et sattva. Tamas donne naissance à la forme et substance du corps physique, rajas à la force de vie, et Sattva au mental. Tamas est aussi la force passive, négative qui maintient l’activité, Rajas est la force stimulante, positive qui initie le changement et perturbe l’équilibre, et Sattva est la force d’équilibre, neutre qui harmonise positif et négatif et observe. Ces trois qualités se manifestent en toute chose, comme le jour (sattva) succède à l’aube (rajas) après la nuit (tamas)…

Alors ?

Que faire pour trouver ou rétablir son fragile équilibre ? En fait, l’équilibre est là naturellement, à condition d’écouter la voix de la Nature, de notre corps, de notre intuition.

Choisir le chemin du milieu comme le bouddha, la voie de sushumna qui mène à une conscience plus éclairée, plus sattvique. L’équilibre, c’est se regarder, sans rien retenir ni repousser. Etre présent à ce qui est là.

Vivre, n’est-ce pas une recherche permanente de notre équilibre, tout comme la marche… N’est-ce pas un appel incessant à faire un pas en avant, à s’ouvrir à l’inconnu, avant de retrouver notre appui au sol, pour s’aventurer à nouveau vers l’avant, vers la nouveauté ?

Publié dans la Revue Virtuelle de la Fédération Francophone de Yoga n 17

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s