Hommage à Noëlle Perez

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est file.jpg
Noëlle Perez-Christiaens

Noëlle Perez-Christiaens da Fonseca, fondatrice de l’Institut Supérieur d’Aplomb de Paris, a quitté son corps cet été, le 8 août 2019, à l’âge de 93 ans. C’était une personne extraordinaire, « un monstre sacré », qui a consacré toute sa vie à la compréhension et à l’enseignement du Yoga, depuis sa rencontre en 1959 avec son maitre B. K. S Iyengar. Elle a publié plus d’une quarantaine de livres sur le yoga et l’aplomb.


Rencontre

Je l’ai rencontrée il y a quelques années à Paris, puis en avril 2019, j’ai eu l’immense privilège de passer toute une semaine avec Noëlle, quelques mois avant son décès, lors d’un séminaire organisé au Maroc.

Lors de cette rencontre, elle était pleine d’énergie, l’esprit bien présent, malgré ses 93 ans bien sonnés, et ses divers problèmes de santé. En fait, son état de santé semblait très secondaire pour elle, une seule chose comptait : nous transmettre le maximum, y compris aux accompagnateurs qui n’étaient pas venus pour cela…. Quelle générosité! Elle se disait à notre service en tout temps, et effectivement son œil sévère et acéré nous scrutait en permanence, nous obligeant à porter constamment attention à notre posture, à tout instant de la journée.

On était en dehors du temps, tout le temps… Le temps n’existait pas là-bas. Oui, il y avait un temps pour relâcher (subtilement!) l’attention et parler de choses légères, discuter, rire, mais en même temps, l’attention à la posture devait toujours être là. Le seul répit était un message d’urgence du corps: lorsque la maladie rétracte tout le corps de la personne vers l’intérieur, la rigueur de Noëlle se transformait alors en compréhension bienveillante, en compassion silencieuse, dans l’absence de tout jugement. Il faut alors écouter le corps, et prendre le temps, attendre que ça passe, comme tout passe.


Je réalise à quel point j’ai eu une chance inouïe, j’ai été bénie de vivre cette expérience avec un petit groupe de personnes venues de différents continents. Je me souviendrai toujours de ses yeux brillants et exigeants, pleins d’un Amour profond, sans fond. Ils exprimaient l’essentiel pour elle: la rigueur inébranlable et l’amour inconditionnel. Un échange de regard me faisait plonger dans l’essence de ce qui est: intensité, Vie, Amour…

Je n’ai jamais rencontré une telle disponibilité, si totale. Un égo entièrement au service du Yoga, en Yoga. Elle était extraordinairement ouverte et réceptive, malgré tous les dysfonctionnements de son corps physique.


Pratique

L’approche qu’elle enseignait était révolutionnaire dans le sens où il est nécessaire de remettre complètement en question notre posture debout, notre façon de marcher, de s’assoir, de se coucher, de se pencher….

L’essentiel est l’Attention, attention au dos, et plus particulièrement à la respiration dorsale. Et surtout l’attention sur l’attention, comme disait Noëlle. L’Attention à ce qui est là. Attention à la façon dont le corps accueille la Respiration, à ce qui peut transparaître de l’intérieur quand le dos est d’aplomb et réceptif (sans tension inutile): légèreté, douceur, paix et joie…

La posture d’aplomb est une sorte de porte, ou de sentier qui mène à la Joie intérieure. Comme un arbre a besoin d’être bien enraciné pour que le tronc puisse s’élever droit vers le ciel, pour s’épanouir pleinement.

Les mains de Noëlle étaient un guide pour retrouver la structure corporelle nécessaire qui permet la circulation énergétique dans le canal sacré (sushumna), le long de la colonne vertébrale. En relâchant les tensions du dos, apparait une incroyable sensation d’espace, de légèreté, de libération de la respiration! Il me semble que je peux inspirer 2 ou 3 fois plus longtemps sans aucun effort! J’ai la sensation que j’ai enfin retrouvé la respiration originelle! La respiration dorsale fait une immense différence.

Mais il est nécessaire de renoncer à ses habitudes, au connu, et d’abandonner toute résistance (physique et mentale) pour laisser la place à la Respiration. Les bénéfices de la pratique de l’aplomb ne se limitent pas à la posture et à la respiration, ils affectent aussi l’état mental (plus de confiance en soi, d’ancrage et de légèreté en même temps…). Mais de nombreuses résistances peuvent surgir: Il est très difficile de changer son attitude et les habitudes auxquelles nous sommes attachées depuis des dizaines d’années. De profondes remises en question peuvent apparaitre. Pourquoi changer ses habitudes quand tout va bien (même si ça ne va pas si bien que ça)?


Voie directe

Son intransigeance, son franc-parler a fait fuir plus d’une personne. Des gens ont pu être rebutés par ses remarques très directes sans aucune complaisance. Oui, c’était une personne extrêmement exigeante. Pour ma part, ses remontrances m’ont souvent mis les larmes aux yeux, mais à chaque fois que je l’ai rencontrée, je me suis sentie complètement connectée à elle, ses paroles glissaient en moi sans résistance, sur mon ego annihilé.

L’essentiel était bien ailleurs, très loin, à un autre niveau: dans mon dos modelé par ses mains intuitives omniscientes. Elle disait que ses mains savaient quoi faire et qu’elles bougeaient toutes seules, parfois avec beaucoup de douceur, parfois avec fermeté voire brusquerie, pour réveiller, ajuster ou relâcher le corps.

Je crois que sa rigueur, son intensité étaient sa façon de nous montrer que non seulement nous méritons le meilleur, mais que l’on DOIT s’investir, qu’il est absolument nécessaire de s’engager vraiment complètement inconditionnellement pour pénétrer le mystère de la Vie, de l’amour inconditionnel, pour découvrir l’intensité divine. On ne peut pas se satisfaire de faire les choses occasionnellement superficiellement, de papillonner à droite et à gauche. Et cet engagement passe par la Présence attentive, la vigilance absolue à tout instant, à notre réalité, à notre corps.

Selon Noëlle, on peut modeler notre corps tout au long de notre vie: elle nous affirmait qu’elle continuait à améliorer sa posture à 93 ans et qu’elle n’avait pas encore rencontré de limite à l’amélioration! Beaucoup de personnes commencent à pratiquer le yoga pour assouplir ou tonifier le corps physique, puis évoluent vers la spiritualité pour donner un sens à leur vie. Noëlle, en revanche, dès le départ, cherchait Dieu….Intéressée par plusieurs religions, au fil des années, sa recherche l’a finalement menée vers l’incarnation de notre essence divine… dans la posture d’aplomb.

Lorsque la posture permet à la respiration, au Souffle de Vie d’animer notre corps. Alors, il y a la réalisation qu’il n’y a pas de corps…Quelle bénédiction d’avoir pu recevoir cet enseignement extraordinairement riche!

Gratitude immense, chère Noëlle, pour tout ce que vous m’avez transmis, pour cette semaine extraordinaire passée en votre compagnie, que je n’oublierai jamais, expérience profondément thérapeutique à plusieurs niveaux. Je vais tâcher de transmettre ce que j’ai intégré de votre enseignement à mon tour. L’aplomb a profondément changé ma vie. Merci infiniment Noëlle!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s