La Vision

Par définition, la vision est la capacité d’utiliser le sens de la vue, c’est le fait, l’action de regarder une scène. Au sens figuré, c’est une manière de comprendre quelque chose. Mais la vision est aussi associée à la perception imaginaire d’objets irréels, d’hallucinations, voire d’apparitions surnaturelles. Voyez-vous ce que je veux dire? 🙂

Maintenant, êtes-vous intéressé à VOIR VRAIMENT la réalité, ce que vous êtes?

SCIENCE

Selon la physique, les formes et couleurs que nous pensons voir n’existent pas dans la nature. Il y a seulement des particules d’énergie (photons) en mouvement qui subissent des interactions avec la matière et qui se déplacent sous forme d’ondes.

La lumière est perçue principalement par les récepteurs de la rétine de l’oeil (qui est un prolongement du cerveau). Les signaux lumineux de différentes intensités et longueurs d’onde sont convertis en signaux électriques (neurones) et acheminés à différentes structures du cerveau.

Le cerveau reçoit une immense quantité d’informations, une toute petite partie considérée comme plus importante devient consciente alors que tout le reste demeure inconscient.

LA PERCEPTION VISUELLE

Nous ne voyons pas ce que nous pensons voir! La perception visuelle est partielle, fragmentaire et temporaire. Nous percevons consciemment seulement quelques détails d’une scène ou d’un paysage, la sélection visuelle étant déterminée par des fonctions cérébrales supérieures.

La vision inconsciente rapide (0,2 s) influence nos pensées (cf images subliminales), actions et notre comportement (mouvements automatiques), elle est impliquée dans notre survie.

La perception consciente beaucoup plus lente (0,5 s) est un processus de construction long et complexe qui nécessite plusieurs aires du cerveau pour générer la vision d’images virtuelles (forme, couleur, mouvement, localisation). Le cerveau associe les différents éléments et nous devenons conscients d’une vision ayant un sens (reconnaissance des objets, des visages). Le cerveau interprète et extrapole aussi les informations, parfois de façon erronée (illusions optiques…)

Pour certaines personnes synesthésiques, un même stimulus peut générer plusieurs sensations: elles peuvent voir des sons, goûter des images…

Si la science commence à bien comprendre comment les stimuli visuels sont traités par les différentes zones cervicales, elle ignore toujours comment la vision devient consciente, comment elle permet de reconnaitre des objets et influence notre comportement.

EN YOGA

Drishti, le regard focalisé, est souvent pratiqué en yoga pour développer la concentration et la vision intérieure. Outil idéal pour le contrôle de l’attention, relié à Prathyara, il permet de stabiliser le mental et stimuler le sixième chakra (front). Le chakra Âjna, ou « troisième oeil », est considéré comme un oeil intérieur orienté vers le haut, réceptif aux messages subtils. C’est le centre de la clairvoyance, relié à la conscience universelle. Ce qui apparait à ce niveau de conscience est intuitif, prémonitoire, inexplicable, ouvert aux révélations.

En méditation, il peut être proposé de placer son attention sur un objet extérieur ou intérieur, Drshti (vision menant à une expérience ou perception directe), de devenir Drshta (témoin, l’observateur passif, la conscience qui sait ce qui se passe) pour se dissoudre dans la Totalité.

SELON LA TRADITION

« Cela qui n’est pas visible pour l’oeil, mais par quoi l’oeil peut voir, Cela seul, connait-le comme Brahman, et non ce que l’oeil vénère (ou voit). » Kena Upanishad I-6

« Ainsi le voyant qui voit le monde à la lumière de Brahma, trouve la vue, comme une vision en rêve, et arrive à la connaissance qu’il n’y a pas de réel voyant pour voir, ni aucune cause à cela, ni aucune dualité que ce soit. » Yoga Vasistha 7.176.23

Les textes traditionnels nous invitent à voir au delà du monde matériel, sachant que des obstacles peuvent apparaitre:

Dans la tradition du Mahâmudrâ-reliquaire, il est dit que « Mahâ­mudrâ (Grand Sceau pour atteindre l’éveil, la réalisation de la nature ultime de l’esprit) est trop proche pour être reconnu, trop profond pour être saisi, trop simple pour être cru, trop merveilleux pour être compris par l’intellect. Tels sont les quatre obstacles qui empêchent de reconnaitre Mahâmudrâ. »

LA VISION SANS TÊTE

Cette approche développée par Douglas Harding au siècle dernier propose des exercices très simples pour voir directement notre « vraie nature ». Il s’agit de retrouver (car on l’oublie) cette capacité de voir le monde à partir de l’espace-source que nous sommes et non à partir du personnage limité auquel on s’est identifié (nom, profession ou rôles dans la société, âge, corps, sexe, culture, religion, passé, goûts, qualités, défauts, émotions… )

Un exercice très simple consiste à pointer le doigt vers un objet devant soi: observez que cela a une forme, une couleur, une grandeur mesurable, … si je pointe mon doigt dans une autre direction, j’observe autre chose qui a une forme, un poids, un âge, une dimension etc, si je pointe mon pied ou ma cuisse, je peux les définir de la même façon.

Maintenant, portez attention, si je retourne mon doigt de 180° pour le pointer dans la direction de ce qui observe, qu’est-ce que je vois vraiment au dessus de mes épaules (sans faire appel à la mémoire), à 0 cm de ce qui voit? Qu’est-ce que « je »? Qu’est-ce qui voit vraiment??? Est-ce que Ça a une forme, une couleur, une dimension etc? N’y a-t-il pas plutôt un espace sans forme, sans âge… un espace grand ouvert dans lequel tout apparait: couleurs, formes, sons, odeurs, émotions, pensées, sensations…?

N’est-ce pas un espace d’accueil complet, qui inclut absolument tout ce qui est perçu et vécu par le personnage auquel je me suis identifié, ses rôles, pensées, émotions, sensations, relations, préférences, jugements… N’est-ce pas un espace sans limite sans séparation qui inclut même le cosmos quand « je » regarde le ciel? Un espace universel infini éternel, non teinté par les expériences individuelles, où la réalité est plus vraie, plus profonde, plus inclusive, plus authentique, plus vivante. Où il y a Paix, Ouverture, Présence pure, Émerveillement, Joie…

Pour plus d’informations et pratiquer, voir les livres de Douglas Harding et José Le Roy ou le blog http://eveilphilosophie.canalblog.com (Rencontres en ligne gratuites ouvertes à tous)

Autoportrait de Ernst Mach

Article publié dans La Revue Virtuelle de la Fédération Francophone de Yoga n30 juillet 2021

Photo d’en tête: Brow chakra Rajasthan 18ème siècle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s